Rétrospective des 15 ans (1/8): 2005, création de l’Embellie et des Ateliers de l’Embellie

Touchée par le cancer, Anne Matalon ouvre en avril 2005, Boulevard Henri IV, l’Embellie, la première boutique offrant des services aux femmes traversant la maladie : perruques, foulards, lingerie, prothèses, vêtements adaptés, de quoi se faire belle (car “Une femme malade n’est pas que malade !”) mais aussi un coin confortable pour découvrir une sélection de livres et d’informations autour de la maladie.

 

La boutique est « cosy ». On y est écouté. On s’y sent bien.

« J’ai voulu faire exister un lieu dont j’ai rêvé alors que j’étais touchée par un cancer » dit Anne. « Pendant la maladie, nous avons besoin que notre vie soit embellie de toutes parts ».

En parallèle elle crée également notre association « Les Ateliers de l’Embellie » qui offre activités de bien-être et de développement personnel, animées par des intervenants bénévoles : Maquillage, écriture créative, découverte du yoga sont les premiers ateliers proposés.

En suivront beaucoup d’autres (plus d’une vingtaine aujourd’hui).

Deux ans plus tard, Anne sera rejointe par Malika, cliente et adhérente de la première heure. Ensemble, elles géreront boutique et association pendant plusieurs années.

 

Retour sur Anne Matalon / Bibliographie.

Née en 1959, philosophe de formation, chargée de communication à la Caisse des dépôts, Anne Matalon a publié plusieurs romans.

1996 : petit abécédaire des entreprises malheureuses (éd Baleine)

1997 : Alba Capra

1998 : Chimiofolies (HB éditions)

2001 : Conférence au club des intimes (Ed Phébus)

2006 : Apprivoiser le crabe : un médecin et une malade face au cancer. Avec le Dr Elisabeth Lucchi-Angellier (éd Phébus)

Elle créa également, avec plusieurs femmes artistes, le Collectif Créatif des Corps Divergents, dans le but de « réinventer béquilles, cannes, attelles, etc. en y mettant de la fantaisie, de humour et de l’élégance, afin que ces prolongements du corps ne soient plus stigmatisants ».

Anne nous a quittés en juillet 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *